L’actualité de la guerre ukrainienne est sur tous les fronts, et l’innovation technologique des NFT ne s’y soustrait pas. Les Pussy Riot ont créé un NFT en soutien financier à la guerre en Ukraine, vendue pour 6,7 millions d’euros. Ces dons en cryptomonnaies inédits en temps de guerre sont d’ordinaire

Cette transaction incroyable est venue apporter un autre éclairage sur les NFT, perçus jusqu’alors comme une source d’investissement spéculatif, ayant révolutionné le marché de l’art.

Qu’est-ce donc que les NFT ? Quelles dimensions sociales revêtent-elles ? que traduisent-ils de l’évolution du marché de l’art ? C’est ce que nous allons voir à travers une explication du fonctionnement des NFT, puis ce qu’ils traduisent de l’évolution du marché de l’art pour finalement passer en revue les points positifs et négatifs.           

I. Une technologie informatique impressionnante

Les NFT ou non-fungible tonkens sont des certificats digitaux de propriété dont l’infaillibilité est assurée par la blockchain, une technique informatique de stockage des données en ligne, permettant à un titre de propriété d’être infalsifiable et unique. Cette technologie a permis le sérieux et la fiabilité des NFT qui ont pérennisés sur des marketplaces tel qu’OpenSea, Rarible ou Nifty Gateway. Ces plateformes se rémunèrent en Ethereum sur des commissions prélevées sur les “drops” quotidiens. Ces drops correspondent à des mises en ligne des œuvres d’arts sous la forme digitale, créées par les artistes directement sous cette forme ou par dématérialisation d’une forme physique. A ainsi été dématérialisé l’œuvre Morons de l’artiste Banksy après qu’un collectif de Traders l’ait acquis puis brulé.

Cet exemple est édifiant puisqu’il met en avant l’intrication contemporaine entre le marché de l’art et celui des traders. Alors que le marché de l’art était auparavant réservé aux investisseurs possédant des capitaux et du réseaux, le fractionnement des œuvres et la digitalisation permet aux néophytes comme aux investisseurs modestes d’intégrer ces milieux. Ces market place alternatives de vente d’art sont plus inclusives et possède ses propres codes.

II. L’apparition des NFT en symbiose avec l’évolution actuelle du marché de l’art

Le cours des évènements de ces dernières années a sans doute accéléré le mouvement et les transformations du marché par une meilleure intégration du digital dans nos quotidiens. Ainsi si la crise du corona virus et les divers confinements avaient infligé une baisse de 14 milliards de dollars en 2020 au marché de l’art, dû à la suspension des foires et des rassemblements physiques, l’adaptation a été rapide. En 2021 les cours ont bondi à 68 milliards grâce aux développements technologiques des galeries qui ont rapidement réagi en permettant des visites virtuelles et en améliorant leur présence sur internet. Ces investissements technologiques ont donné de la visibilité aux galeries mais leur ont également offert la possibilité de toucher des cibles plus jeunes, plus inexpérimentées.

Dès la réouverture des foires, certaines se sont empressées de saisir ce phénomène et la foire Art Basel à Miami a consacré tout un quartier à cette technologie. Fait intéressant : la foire d’Art Basel a fait le choix de ne permettre les acquisitions des NFT que par le biais de la cryptomonnaie Tezos, dont l’empreinte carbone serait plus réduite. L’adoption des NFT par les galeries tel que la galerie allemande Nagel Draxter, mais également l’affluence des grands noms autant artistiques que financiers comme Vignesh Sudearesan (collectionneur de NFT devenu milliardaire) ou Tom Sachs contribuent à donner du poids à ce marché.

Ces évolutions des nouveaux acquéreurs potentiels requièrent de nouvelles stratégies de communication afin de présenter aux millenials l’art comme un investissement novateur et lucratif. Les investisseurs sensibles aux NFT sont également ceux sensibilisés et intéressés par les cryptomonnaies et les évolutions innovantes des marchés financiers.

III. Les NFT, avantage et inconvénients pour le marché de l’art

Le marché des crypto art est aujourd’hui évalué par le Financial Time à 41 milliards de dollars et la vente des NFT correspond aujourd’hui à 2% du marché de l’art, soit 2,7 milliards de dollars. A titre indicatif, une des NFT les plus valorisées, CoolCats valait au premier juillet 2021 0,06 Ether, soit 110 euros. Cette même NFT s’échange aujourd’hui pour 4 Ether, soit 10 000 euros.

Cependant cette évolution du marché a autant d’avantages que d’inconvénients.

Les avantages sont nombreux :

Dans un premier temps, le marché des NFT a une forte dimension sociale, sur deux aspects principaux. Premièrement l’échange de certaines NFT permet aux artistes de se voir verser une redevance de 10% à chaque fois que leur œuvre est revendue. Secondement l’achat d’une NFT permet à celui qui la possède d’intégrer une communauté. L’un des réseaux les plus connus, le Bored Ape Yacht Club donne la possibilité à chaque propriétaire de cette NFT d’intégrer des groupes Telegram ou Discord de milliers d’adhérents, dont des célébrités tel qu’Eminem . Ces acquisitions sont donc autant des valeurs marchandes que des marqueurs sociaux.

Mais une des dimensions intéressantes de NFT est l’éclairage novateur qu’il apporte aux œuvres d’art s’échangeant sur ce marché. Ainsi la digitalisation d’une œuvre d’art intègre un aspect presque futuriste à l’œuvre ainsi qu’un avant-gardisme, recherché par les marchés de l’art. Cette dimension numérique fait partie intégrante du processus de création de l’œuvre.

Finalement un dernier point positif des NFT est sa perspective démocratique permettant à toute personne possédant un PC et maitrisant les technologies d’accéder à ces valeurs. La technologie de block Chain permet également d’ajouter de la transparence à ce marché.

Il reste nécessaire de préciser que les inconvénients restent nombreux : ainsi gare à l’effet de loupe car si l’exemple des ventes de Beeple ayant vendu son œuvre pour 69 millions est souvent brandi, aucune NFT n’a atteint ce record de vente. Par ailleurs les NFT ne sont pas par essence des valeurs artistiques et seules 10% des NFT sont considérées comme des objets d’art, Les 90% restant surtout des collections pouvant posséder une valeur marchande.

Par ailleurs cette valeur marchande est critiquée par les connaisseurs qui alertent sur la possibilité d’une bulle spéculative car cette valeur numérique non fongible ne possède pas d’indexation. Sa valeur et est donc par essence extrêmement volatile. Un autre aspect déjà mentionné est l’impact écologique non négligeable de ces NFT dont la seule création est de 200 kg de CO² par unité, auquel il faut ajouter le coût carbone du minage des données.

Categories:

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

The KP Company

© 2020 Learn To Trade. Tous droits réservés