Par Jay Michel – rédacteur Learn To Trade

Pour démarrer sur de bonnes bases

Mais qu’est-ce que la dette publique ? La dette publique correspond à l’ensemble des engagements financiers pris sous forme d’emprunts par l’État, les collectivités publiques et les organismes qui en dépendent directement.

On comprend de cette définition que l’État est obligé de s’endetter pour financer les institutions qui organisent la France, et ce malgré les recettes que constituent les impôts notamment.

Depuis 1974, les administrations publiques françaises affichent chaque année un déficit. La France essaye de réduire son déficit public depuis plusieurs années. Entre 2012 et 2018, le déficit est passé de 104 milliards d’euros à 54,1 milliards d’euros, soit une réduction de près de 48 %. En 2019, la tendance à la réduction des déficits publics s’est arrêtée : le déficit s’élevait alors à 73 milliards d’euros. La crise liée à la pandémie de Covid-19 a provoqué un fort accroissement du déficit public, puisqu’il a, en effet, atteint 211,5 milliards d’euros en 2020.

Nous parlerons dans cet article du fonctionnement de la dette et de son évolution jusque-là.

L’histoire de la dette

Maintenant, un peu d’histoire ! L’État français a souvent eu recours à la dette pour faire face à des dépenses fortes, comme les guerres ou les plans de relances, ou une chute de revenus, durant des crises économiques. D’ailleurs, la guerre et la dette sont intimement liés. Historiquement, les monarques empruntent de l’argent pour des raisons militaires, c’est donc la guerre qui pendant des siècles a été à l’origine de la dette publique. La dette a fluctué, passant par exemple par une valeur presque nulle (par rapport au PIB) en 1540 ou en 1820, et atteignant jusqu’à environ 290 % du PIB en 1944.

De François Ier à la fin du XVIIIe siècle, à quelques exceptions, l’État souverain a été un grand emprunteur mais n’a que rarement remboursé ses dettes, par de multiples techniques que l’on pourrait qualifier de douteuses, comme, l’extorsion, la spoliation voire même l’assassinat !

Après les périodes de forte augmentation qui ont eu lieu durant la première moitié du XXe siècle, la part de la dette dans le PIB a été rapidement réduite, principalement en raison d’une forte hausse de l’inflation, qui réduit la valeur réelle de la dette, et d’une croissance forte du PIB et de la productivité.

On arrive ensuite à la période des Trente Glorieuses, cette période très forte au niveau de l’économie, pleine d’opportunités. Après la seconde guerre mondiale, de grands plans de reconstruction et de développement du pays sont mis en place, la dette atteint 160% du PIB. Cette dette est vite réduite par les recettes très importantes de cette période. Sous De Gaulle, les dépenses publiques sont coupées. Cela a deux effets : tout d’abord, l’amélioration de la balance commerciale, et un redressement des finances publiques. Lorsque le général de Gaulle quitte le pouvoir en 1969, la France est endettée à hauteur de 13,5 % de son PIB environ.

Puis La faible croissance et la faible inflation, ainsi que les déficits budgétaires chroniques depuis les années 1970 ont conduit à une augmentation de la dette publique. Des Trente Glorieuses jusqu’à nos jours, la dette n’a fait que grimper et prendre de plus en plus d’ampleur. En mars 2021, cette dernière a battu un record en atteignant 118,2% du PIB, soit 2739,2 milliards d’euros.

La dette publique est-elle vraiment la bête noire qu’on pense ?

On voit souvent la dette comme une bête noire qui ne fait que freiner le pays. La seule dette des gouvernements représente désormais près de 40% la dette mondiale totale, « soit la part la plus élevée depuis le milieu des années 1960 », observe le Fonds Monétaire International. Cela peut en partie s’expliquer par la récente crise du Covid qui a fait grimper les niveaux des dettes souveraines de partout dans le monde. En effet, les gouvernements ont cherché à aider le secteur privé durant cette période compliquée, afin de limiter les conséquences de la crise.  

Mais faut-il vraiment s’inquiéter de la dette ? La dette a beau augmenter depuis 1974, cela n’a pas de conséquences graves sur la population et l’économie puisque cela permet de protéger les agents économiques pour faire perdurer une économie stable dans le pays.

L’importance du déficit publique correspond à l’absorption par les administrations publiques de la majeure partie de la perte de revenu national. Si une crise qui impacte le secteur privé, le secteur public soutient ces entreprises, qui donne une partie de ses ressources qui sont ensuite manquantes pour d’autres parties de l’administration. En son absence, l’investissement, le PIB et par conséquence l’emploi auraient davantage chuté. Il est important de souligner que derrière ces dépenses publiques, il y a des capacités de production futures, ce qui explique que sur le long terme l’endettement soit favorable au pays.

Pour finir, si vous voulez aller plus loin, nous vous recommandons le livre « Dette : 5000 ans d’histoire », et vous saurez vraiment tout sur la dette !

La dette publique est un sujet qui fait beaucoup parler de lui ces derniers temps, notamment après une crise sanitaire pendant laquelle l’État a réduit les impôts, et fortement augmenté les subventions aux ménages ou aux entreprises.

Mais qu’est-ce que la dette publique ? La dette publique correspond à l’ensemble des engagements financiers pris sous forme d’emprunts par l’État, les collectivités publiques et les organismes qui en dépendent directement.

On comprend de cette définition que l’État est obligé de s’endetter pour financer les institutions qui organisent la France, et ce malgré les recettes que constituent les impôts notamment.

Depuis 1974, les administrations publiques françaises affichent chaque année un déficit. La France essaye de réduire son déficit public depuis plusieurs années. Entre 2012 et 2018, le déficit est passé de 104 milliards d’euros à 54,1 milliards d’euros, soit une réduction de près de 48 %. En 2019, la tendance à la réduction des déficits publics s’est arrêtée : le déficit s’élevait alors à 73 milliards d’euros. La crise liée à la pandémie de Covid-19 a provoqué un fort accroissement du déficit public, puisqu’il a, en effet, atteint 211,5 milliards d’euros en 2020.

Nous parlerons dans cet article du fonctionnement de la dette et de son évolution jusque-là.

L’histoire de la dette

Maintenant, un peu d’histoire ! L’État français a souvent eu recours à la dette pour faire face à des dépenses fortes, comme les guerres ou les plans de relances, ou une chute de revenus, durant des crises économiques. D’ailleurs, la guerre et la dette sont intimement liés. Historiquement, les monarques empruntent de l’argent pour des raisons militaires, c’est donc la guerre qui pendant des siècles a été à l’origine de la dette publique. La dette a fluctué, passant par exemple par une valeur presque nulle (par rapport au PIB) en 1540 ou en 1820, et atteignant jusqu’à environ 290 % du PIB en 1944.

De François Ier à la fin du XVIIIe siècle, à quelques exceptions, l’État souverain a été un grand emprunteur mais n’a que rarement remboursé ses dettes, par de multiples techniques que l’on pourrait qualifier de douteuses, comme, l’extorsion, la spoliation voire même l’assassinat !

Après les périodes de forte augmentation qui ont eu lieu durant la première moitié du XXe siècle, la part de la dette dans le PIB a été rapidement réduite, principalement en raison d’une forte hausse de l’inflation, qui réduit la valeur réelle de la dette, et d’une croissance forte du PIB et de la productivité.

On arrive ensuite à la période des Trente Glorieuses, cette période très forte au niveau de l’économie, pleine d’opportunités. Après la seconde guerre mondiale, de grands plans de reconstruction et de développement du pays sont mis en place, la dette atteint 160% du PIB. Cette dette est vite réduite par les recettes très importantes de cette période. Sous De Gaulle, les dépenses publiques sont coupées. Cela a deux effets : tout d’abord, l’amélioration de la balance commerciale, et un redressement des finances publiques. Lorsque le général de Gaulle quitte le pouvoir en 1969, la France est endettée à hauteur de 13,5 % de son PIB environ.

Puis La faible croissance et la faible inflation, ainsi que les déficits budgétaires chroniques depuis les années 1970 ont conduit à une augmentation de la dette publique. Des Trente Glorieuses jusqu’à nos jours, la dette n’a fait que grimper et prendre de plus en plus d’ampleur. En mars 2021, cette dernière a battu un record en atteignant 118,2% du PIB, soit 2739,2 milliards d’euros.

La dette publique est-elle vraiment la bête noire qu’on pense ?

On voit souvent la dette comme une bête noire qui ne fait que freiner le pays. La seule dette des gouvernements représente désormais près de 40% la dette mondiale totale, « soit la part la plus élevée depuis le milieu des années 1960 », observe le Fonds Monétaire International. Cela peut en partie s’expliquer par la récente crise du Covid qui a fait grimper les niveaux des dettes souveraines de partout dans le monde. En effet, les gouvernements ont cherché à aider le secteur privé durant cette période compliquée, afin de limiter les conséquences de la crise.  

Mais faut-il vraiment s’inquiéter de la dette ? La dette a beau augmenter depuis 1974, cela n’a pas de conséquences graves sur la population et l’économie puisque cela permet de protéger les agents économiques pour faire perdurer une économie stable dans le pays.

L’importance du déficit publique correspond à l’absorption par les administrations publiques de la majeure partie de la perte de revenu national. Si une crise qui impacte le secteur privé, le secteur public soutient ces entreprises, qui donne une partie de ses ressources qui sont ensuite manquantes pour d’autres parties de l’administration. En son absence, l’investissement, le PIB et par conséquence l’emploi auraient davantage chuté. Il est important de souligner que derrière ces dépenses publiques, il y a des capacités de production futures, ce qui explique que sur le long terme l’endettement soit favorable au pays.

Pour finir, si vous voulez aller plus loin, nous vous recommandons le livre « Dette : 5000 ans d’histoire », et vous saurez vraiment tout sur la dette !

Categories:

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

The KP Company

© 2020 Learn To Trade. Tous droits réservés