Et si les GAFA remplaçaient les Banques Traditionnelles ?

Au-delà de savoir si les GAFA peuvent réellement remplacer les banques traditionnelles, cette étude s’interroge sur la relation des GAFA avec le monde bancaire, quelles innovations ont-ils apporté au secteur et comment ? Sont-ils le futur de la banque ?

Dans un premier temps, il est primordial de définir les termes du sujet. L’acronyme de GAFA est donc rappelé : Google, Amazon, Facebook et Apple. Puis, pour ce qui est de leur importance et leur poids économique, il est pertinent de rappeler qu’en 2014, le PIB des GAFA était équivalent à celui du Danemark, avec évidemment beaucoup moins de ressources humaines. Après avoir évoqué les caractéristiques des GAFA l’étude enchaîne sur la définition des banques traditionnelles : ces dernières comptent trois fonctions dont la transformation de la maturité et du risque et la création de monnaie grâce à l’octroi de crédits aux demandeurs de prêts. Les banques traditionnelles possèdent un trait de caractère assez apparent : un recours important à la dette pour le financement, ce qui mène à un effet de levier très présent.

Quel rapport alors entre GAFA et sphère financière ? Il faut savoir que depuis quelques années les GAFA tentent de s’imposer dans ce domaine et chacun y va de son innovation : que ce soit Apple avec Apple Pay; Facebook avec la LIBRA; Amazon et sa carte de crédit Prime Rewards ou encore Google avec son mode de paiement « peer to peer » : Google Pay. Les produits qu’ils proposent sont très innovants et on peut y voir une forme de menace pour les banques traditionnelles. Les GAFA ont, sur certains points une bonne longueur d’avance, que ce soit en termes d’innovation, de puissance de marché, de puissance économique… c’est le fait que toutes ces technologies soient mises à disposition des clients des banques traditionnelles directement sur leurs smartphones, qui fait craindre le pire a ces dernières.

Si les GAFA sont une menace pour les banques traditionnelles peuvent-ils réellement les remplacer ? Sur le papier, ces entreprises ont de forts atouts à faire valoir comme par exemple une bonne gestion du Big Data. Mais les banques, elles, disposent d’une relation privilégiées avec leurs clients, elles maîtrisent mieux les données sensibles et essayent tout de même de développer des produits innovants afin de ne pas prendre de retard sur leurs nouveaux concurrents (exemple : LyfPay, plateforme de paiement contrôlée par la BNP et le Crédit Mutuel et très utilisée par les jeunes), ainsi qu’une refonte du réseau d’agence en « phygital », mêlant interaction physique avec un conseiller et utilisation d’outils digitaux innovants. De plus, les banques traditionnelles disposent d’un autre avantage auquel les GAFA ne pourront accéder du fait des récents scandales : la confiance du consommateur vis-à-vis des données personnelles, de la confidentialité…

En conclusion, les GAFA sont jusqu’alors restés amicaux et coopératifs, il faut savoir que toutes les innovations évoquées précédemment (Apple Card, Prime Rewards…) ont été développées en coopération avec une ou plusieurs banques. C’est pour le moment sur des banques traditionnelles que s’appuient les GAFA pour fournir toutes leurs solutions bancaires. Au-delà de la coopération, certaines banques digitales émergent aussi pour tenter de contrer les GAFA et d’autres banques, plus traditionnelles, investissent massivement dans le Big Data. L’arrivée des GAFA a donc engendré une vague d’innovations dans le monde bancaire, c’est donc le consommateur qui en bénéficie le plus.

 

un article de Finetudes
Pour lire l’article dans son ensemble, cliquer ici.

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

The KP Company

© 2020 Learn To Trade. Tous droits réservés